Suggestion innovante en matière de politique sociale

Publié le par Brath-z

J'ai reçu avant-hier ce courrier assez aberrant :

"Madame, Monsieur,

Vous êtes un aidant familial. Vous apportez un soutien régulier, voire quotidien, à un parent ou à un proche en perte d'autonomie, du fait de son âge, d'une maladie ou d'un handicap. Cette situation peut être épuisante pour vous. Pourtant, des possibilités de soutien se mettent en place, encore faut-il pouvoir les repérer.

Dans cet objectif, Le service d'action sociale d'ABELIO, votre caisse de retraite complémentaire, en partenariat avec le CLIC de [censuré] et d'autres caisses de retraite complémentaires, vous invite à participer au débat théâtral :

« Par-dessus la tête »
par la compagnie Entrées de jeu

 

[blablabla]


La pièce met en scène un homme qui s'occupe de son épouse, en perte d'autonomie.

 

Cette approche théâtrale, pleine d'humour et de respect, invite au dialogue et met l'accent sur l'aide à apporter aux aidants face à des situations telles que : l'isolement, l'épuisement, les conflits, le besoin de répit...

 

[blablabla]"

 

Outre le fait que ce courrier ne m'était manifestement pas destiné (loin d'être à la retraite, je fais partie de cette catégorie des 15-26 ans qu'on désigne communément sous le vocable de "jeunes"), le caractère ubuesque de son contenu me l'a fait conserver. Imagine-t-on pire soutien à apporter à ceux et celles qui aident leurs proches privés d'autonomie (en revanche, je compte bien au nombre des "aidants") qu'une invitation à un "débat théâtral" ?

C'est déjà suffisamment pénible au quotidien sans qu'on a envie, en plus pendant un moment de loisir, de remettre le couvert sur ce sujet-là ! Et puis franchement, comme "possibilité de soutien", on trouve mieux, quand même.

 

Ceci-dit, c'est assez malin : ça peut servir de palliatif à une aide valable (et donc financière, ne nous leurrons pas), ce qui peut permettre de se racheter une bonne conscience pour pas cher ! Qu'attend donc l'état pour appliquer ce génial principe à ses missions d'aides aux démunis ? Ou aux chômeurs ? "Madame, Monsieur, vous êtes au chômage, situation difficile et éprouvante, et il vous arrive d'en avoir assez. C'est pourquoi nous vous proposons une place pour assister à la représentation de "Y en a marre" à votre théâtre municipal. Il s'agit d'une pièce présentant les difficultés d'un chômeur à se réinsérer dans la vie active." Quel soulagement pour le pauvre individu ! On le prend enfin en considération, lui et sa situation affligeante, et puis ses camarades d'infortunes, aussi : on les envoie tous au théâtre ! Au moins, ça fera des économies dans les pôles emploi.

 

N'est-ce pas là l'esquisse d'une doctrine sociale à la fois noble et belle ?

Commenter cet article