Le CRIF se transforme-t-il en lobby de politique internationale ?

Publié le par Brath-z

Lisez donc cette brève AFP. Ne trouvez-vous pas qu'il y a quelque chose de dérangeant là-dedans ?

Que le premier ministre soit présent et prenne la parole au diner annuel d'une organisation communautaire, c'est vrai que c'est gênant, mais on ne peut pas dire que cela soit nouveau (ça aurait même tendance, malheuresement, à se généraliser).
Qu'il parle de la burka, ça peut gêner, mais après tout les médias d'actualité nous en parlent sans cesse et il est vrai qu'il existe parfois certains problèmes entre musulmans et juifs en France, et comme le CRIF s'est autoproclamé représentant des juifs de France (je ne polémiquerai pas sur ce sujet)...
Qu'il parle de la profanation d'un cimetière juif en France, quoi de plus normal ?
De même, le développement du racisme (malicieusement associé au boycott de produits israéliens) est en effet un sujet de préoccupation pour toutes les communautés, juifs inclus. Evidemment je déplore fortement cette vision qui consiste à diviser la population en communautés ethnico-religieuses, mais bon dans cette logique communautariste à l'anglo-saxonne et qui semble être celle du gouvernement et du président de la République, aborder le thème du racisme en le déclinant suivant les communautés est une démarche logique.
Le procès des assassions d'Illan Halimi étant une affaire qui préoccupe au plus haut point le CRIF, il est normal de l'aborder à son diner annuel.
Mentionner le problème que beaucoup de nos compatriotes aux noms à consonnance étrangères et/ou à l'origine de pays étrangers lorsqu'il leur faut faire renouveller des documents administratifs tels que la carte nationale d'identité, après tout pourquoi pas ? Encore une fois, c'est décliner un problème de société et de politique intérieure en communautés.

Mais qu'est-ce que les relations avec l'Iran et le proche-orient viennent faire là-dedans ?
CRIF, ce sont les initiales de Conseil Représentatif des Institutions juives de France. DE FRANCE. Pas d'Israël, pais d'Iran, pas d'Arabie Saoudite, mais de France. C'est une association communautaire qui a pour vocation l'organisation de la "communauté juive" en France (dans mon entourage, je ne connais en tout et pour tout qu'une seule juive communautaire, les autres étant avant tout français et plaçant leur foi dans le domaine de la vie privée, donc c'est la preuve que tous les juifs ne sont pas communautaires, même si je n'ai pas trouvé le moindre chiffre sur les proportions). En quoi cette tache auto-assignée nécéssite-t-elle d'être tenu au courant par les autorités politiques nationales et gouvernementales des positions de la France vis-à-vis de tel ou tel pays ? En quoi cela concerne-t-il un FRANCAIS de confession juive que la France veuille défendre Israël (dont le potentiel militaire me semble pourtant suffisant à assurer sa propre protection) et s'opposer à l'Iran ? Réponse : en rien.
Si Israël était un état religieux juif, encore, on pourrait se dire qu'il y a un intérêt des juifs de France (puisque cette expréssion détestable au possible est aujourd'hui de mise) à en préserver les intérêts et donc à influencer la politique française dans ce sens-là. Et encore, ce serait plutôt aux autorités isréliennes de faire part au CRIF de ces événements. Mais non, Israël n'est pas un état religieux, c'est un état laïque. Donc mis à part pour l'aspect religieux lié à la sainteté de la terre de Palestine dans la foi juive, l'intérêt des juifs de France (grumbl) est en France et pas en Israël.
De même les centres d'intérêts des Français de confession juive sont-ils en France et pas au Moyen-Orient. A moins d'adopter la vision de la "nation juive" combattue aussi bien par la monarchie catholique du Royaume de France, la monarchie chartiste du Royaume des Français, l'Empire de France et les Républiques succéssives, ce depuis le milieu du XIIIème siècle. Cette conception d'une "nation juive" supranationale qui empêcherait les juifs d'avoir une fidélité extérieure à elle a peut-être correspondu à une époque à la réalité (lorsque Philippe II Auguste décide d'interdire le royaume aux juifs entre 1182 et 1198, la plupart des juifs habitent des villages juifs en marge des seigneureries, sans trop se mélanger au reste des populations qui peuplent le territoire du royaume), mais force est de constater que ce n'est plus le cas aujourd'hui. Même les communautés haredith, extrêmement religieuse, pour lesquels la vie en vase clos et le pastoralisme sont des éléments fondamentaux de la "judéïté", se sont intégrées dans la société, que ce soit en Israël, aux Etats Unis d'Amérique ou en Iran (la plupart des communautés haredith sont apparemment situées dans ces trois pays-là). Les seuls à parler de "nation juive" étaient les catholiques antijudaïques et les antisémites du XIXème siècle.

Le CRIF, depuis que son président n'est plus le "non-ambassadeur d'Israël en France", n'a de cesse d'émèttre des avis sur la politique extérieure de la France. Le gros problème, c'est que le gouvernement français commence à en tenir compte, ou à tout le moins à se sentir responsable de cette politique devant lui. A vitesse V voila qu'une association communautaire se transforme en lobby. Voila qui ne pourra que réjouir les nostalgiques des caporaux autrichiens munis d'une drôle de moustache et amateurs d'aigles impériaux et de symboles ésotériques lamaïques.

Publié dans Mots d'humeur

Commenter cet article

Brath-z 08/02/2010 09:09


Holà ! LCF, si tu cherches les fortographes sur les billets "mots d'humeur", t'as pas finit. Je les écrit en général entre deux activités, en quelques minutes, en improvisation totale et sans
passer par le traitement de texte (l'interface de Overblog pour l'écriture des articles empêche le correcteur intégré de Firefox de faire son boulot), donc les fautes y pullulent.


LCF 06/02/2010 22:00


"émèttre"
Pas d'accent devant une consonne double...

Sinon, oui, c'est à peu près ça...