Buckethead

Publié le par Brath-z

Dans l'univers des guitaristes de rock et de metal, rares sont ceux qui ont acquis une notoriété en dehors d'un groupe. Plus rares encore sont ceux dont le succès a dépassé le premier album solo. Excessivement rares sont ceux qui, outre un tel succès, sont parvenus à préserver leur anonymat 10 ans durant. Exceptionnellement rares sont ceux qui ont en plus durant cette décénnie sorti 16 albums officiels et participé à une quinzaine de groupes, dont certains d'envergure internationale, ainsi qu'à une trentaine de projets, expérimentations et participations. A vrai dire, il n'y en a qu'un seul.

Et c'est Buckethead.

Comment vous dites ? Tordu ?
Je trouve pas, moi.


Ce type est un phénomène. Outre un look assez spécial, un jeu assez délirant et quasiment inégalable (il est l'un des guitaristes les plus rapides qui soient) et une attitude assez étrange sur scène (il n'aime pas être applaudi et va parfois jusqu'à tourner le dos au public, voire arrêter de jouer, quand les spectateurs applaudissent ou crient trop à son goût) comme dans la vie (il ne sort que très peu de chez lui, répond aux journalistes à l'aide d'une marionette moche nommée Herbie que l'on peut voir sur la photo ci-contre), il est surtout LE spécialiste des délires musicaux, notamment dans ses compositions solos, dans lesquelles il n'hésite pas à faire usage de moult samples. Il est aussi le spécialiste des vrais/faux disques officieux (voire interdits, comme son album KFC Skin Piles, dont la compagnie KFC a empêché l'exploitation et qui circule sous le manteau), ce qui ne facilite pas la rédaction d'une discographie exhaustive.
Devenu célèbre à partir de son album Colma en 1998 (il est dans le circuit depuis 1990 et sort des disques depuis 1992) et son arrivée dans le groupe Guns'n'Roses (dont il a été renvoyé pour inaptitude sociale et - très certainement - pour avoir été préféré à Axl Rose par une partie des fans de plus en plus croissante... Au passage, il signe les passages mélodiques de tous les morceaux de Chinese Democracy, bien qu'il n'était déjà plus dans le groupe à ce moment), il collectionne les participations avec les artistes les plus prestigieux (comme le clavieriste Bernie Worrel, véritable grand-père du blues depuis la mort du grand Ray, ou encore Viggo Mortensen) et les artistes plus "souterrains" ("underground" en bon anglais).


Oui, il aime bien ses amis les poulets.

Mais Buckethead, c'est aussi un personnage. Même si depuis 2006 des fans ont découvert son identité et la seule photo de lui sans son masque (beaucoup pensaient à un délire perso de Steve Vai, Brian May, ou Paul Gilbert, voire Jon Petrucci), la biographie fictive qu'il mentionne sur son site internet est assez représentative du monde musical et esthétique qu'il a monté.
Jugez plutôt : l' "historien" Ronald L. Witherspoon, auteur tout aussi fictif d'une biographie de Buckethead nous apprend que le jeune Buckethead serait né au milieu d'une ferme où il aurait, après sa fuite des éleveurs, méchants avec lui, été élevé par ses amis les poulets, amis quelques fois trop proches de lui car ils lui auraient lacéré le visage (raison du masque) mais avec lesquels regnait une entente parfaite. Cependant, tous ses amis poulets finirent par être envoyés à l'abbatoir et, très triste, Buckethead aurait décidé de leur rendre hommage le reste de sa vie, raison pour laquelle il s'adonne à la guitare électrique, pour reproduire leurs cris. Il s'était procuré un seau en carton de la marque KFC (Kentucky Fried Chicken, une marque de poulet frit donc) pour lui servir de récepteur d'âmes de poulets, qui l'inspirent.
Apparemment cette inspiration est devenue de plus en plus frénétique avec le temps, puisqu'il a sorti depuis 2000 22 de ses 27 albums officiels (ce qui fait quand même beaucoup, sachant qu'un de ses albums, y compris les conceptuels, dure environ de quarante-cinq minutes à une heure).

De plus, Buckethead, qui a rencontré un certain succès commercial avec les albums Bucketheadland (1992), Colma (1998), Bucketheadland 2 (2003), Enter the Chicken (2005), Crime Slunk Scene (2006), Pepper's Ghost (2007) et From the Coop (2008) pour ne citer que les plus connus, s'investie tout particulièrement dans pas moins de quatre groupes : Praxis, avec lequel il a enregistré 10 albums depuis son arrivée en 1992, Death Cube K (qui est en fait son "projet musical" personnel moins expérimental paradoxalement que ses productions "régulières", "Death Cube K" étant un anagramme de "Buckethead" qu'il a envisagé d'adopter), qui a sorti 5 albums depuis 1994 (un à paraître courant 2009), Cornbugs, dans lequel il est entré parallèlement à Guns'n'Roses en 1999 et avec lequel il a enregistré 8 albums, et Colonel Claypool's Bucket of Bernie Brain (un dérivé de Praxis : le bassiste Bootsy Collins a eu une absence impromptue à un concert lors d'un festival où devaient jouer Praxis et Colonel Les Claypool Fearless Flying Frog Brigade, un n-ième projet musical de Les Claypool, le génial fondateur bassiste chanteur du défunt Primus, et pour dépanner, Claypool a proposé ses talents au trio Buckethead/Bernie Worrell/Brian "Brain" Mantia pour ne pas décevoir les fans... qui ont été tellement ravis que les quatre ont décidé de faire de ce boeuf un groupe à part entière), abrégé C2B3 - non, aucun lien avec les 2B3 -, qui n'a pour l'instant sorti qu'un unique album, d'ailleurs très bon.
Il a par ailleurs participé plus ou moins ponctuellement à six ou sept autres groupes, notamment à Deli Creeps (tout premier enregistrement de Bickethead, puisque leurs démos datent de 1991 !) et Cobra Strike (une référence à Chuck Norris ?), ainsi qu'à au moins quinze albums d'artistes et/ou groupes de ses amis.

Donc vous voyez, c'est un peu un virtuose expérimentateur, quelque peu autiste sur les bords et boulimique de travail.

Il n'est pas très connu en France (en général, les projets originaux qui viennent des USA ne sont connus qu'une décénnie après en France : Primus - dont les premiers albums sont arrivés au pays des Droits de l'Homme 3 ans après sa dissolution -, System Of A Down, Rob Zombie, etc.), et j'avoue que je n'ai pas trouvé d'album de lui à la FNAC (à part The Big Eyeball In The Sky, l'album de C2B3), mais si par hasard vous en voyez un, essayez-le ! (je ne dis pas achetez-le, car c'est quelques fois TRES spécial...)

Allez, je vous met quelques musiques de Buckethead (ah oui, sauf sur ses albums les plus experimentaux, il est rare qu'il chante, et ça se comprend : il a une voix assez aigüe qui peut être crispante, donc l'éssentiel de sa discographie est instrumentale).

Découvrez la playlist Buckethead avec Buckethead


Ah, oui, dernière précision : depuis que la politique de Deezer est de supprimer les morceaux présents qui ne sont pas associés à un album, l'éssentiel des morceaux de Buckethead a disparu, dont le superbe Soothsayer (ce qui est un scandale), donc il y a peu de morceaux... Je vais peut-être éttoffer cette playlist plus tard, mais là, on reste là.

Publié dans Musique

Commenter cet article

FAUGIER 23/06/2010 19:49


Cet homme EST le guitariste du XXI ème siècle. HENDRIX disait venir de Mars, lui vient hors système solaire. Plus feeling que Steve Vai - plus créatif que Joe Satriani, il est l'archétype des
générations de grands guitaristes avant lui....ce qui n'est pas rien......